Danse classique vs danse moderne

La danse classique naît sous Louis XIV au XVII° siècle. Le roi est lui-même danseur.

Stefano Della Bella, le Ballet de la Nuit, 1653

Stefano Della Bella, le Ballet de la Nuit, 1653

En 1653, à l’âge de quinze ans, il apparaît ainsi dans le Ballet de la Nuit composé par Lully, déguisé en soleil, (d’où son surnom de roi soleil). Il dansera dans 27 ballets crées en son honneur. En 1661, l’Académie royale de danse est créée.

Le maître de danse du roi, Charles Pierre Louis de Beauchamps, crée les cinq positions de base de la danse classique. Le ballet classique, pendant plusieurs siècles, ne connaîtra que très peu d’évolutions, utilisant des canons de beauté type : élancés, fins et gracieux, recourant à la couleur blanche, racontant la plupart du temps des histoires d’amour…

Le XIX° siècle voit l’apogée du ballet romantique, avec notamment le chorégraphe marseillais Marius Petitpa (1818-1910). Pour la Russie, il crée certaines des oeuvres les plus célèbres du répertoire classique, comme La Belle au bois dormant, Casse-noisette, Le lac des cygnes, Don Quichotte

L'après-midi d'un faune, Nijinski, 1912

L’après-midi d’un faune, Nijinski, 1912

La rupture se fera en 1912 puis 1913 avec Nijinski et ses deux pièces marquantes, véritables révolutions à elles seules : L’après-midi d’un faune puis Le sacre du printemps, sur des musiques originales de Stravinski.

Le public, scandalisé, réserve à ces deux oeuvres un accueil violent, mais l’idée d’une danse nouvelle, « moderne », est née. Nijinski, le premier, insuffle un vent de liberté à cet art, permettant l’apparition d’une jeune génération de chorégraphes.

Isadora Duncan fait partie des grands noms de la danse nouvelle. La chorégraphe prônait une liberté des corps, un retour au naturel, dansant en extérieur, dans des tenues légères et pieds nus. La spiritualité tenait une place importante dans son oeuvre, s’opposant à toute idée de commercialisation. Elle créa une école pour enseigner ses valeurs à de jeunes filles, les « isadorables ».

Comparaison entre une image représentant la danseuse classique Anna Pavolva et Isadora Duncan :

annapavlovaisadora

Et c’est Alice, en CP dans la classe de Carole de l’école Estaque Gare, qui nous résume l’opposition entre danse classique et moderne :

Alice Mes deux danseuses sont chacune dans un tableau. La première est une danseuse classique célèbre et elle reste sagement dans le tableau. La deuxième est une danseuse moderne qui est sur la plage et veut être libre, alors elle essaie de sortir du cadre.

Alice
Mes deux danseuses sont chacune dans un tableau. La première est une danseuse classique célèbre et elle reste sagement dans le tableau. La deuxième est une danseuse moderne qui est sur la plage et veut être libre, alors elle essaie de sortir du cadre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s